Le Projet

Portrait de Pierre Louis Moreau de Maupertuis par Daullé, 1741, gravure d’après Tournières. BNF estampes, N3

Portrait de Pierre Louis Moreau de Maupertuis par Daullé, 1741, gravure d’après Tournières. BNF estampes, N3

Quand l’Académie Royale des Sciences décide de monter deux expéditions pour déterminer la figure de la Terre en 1735, cela fait déjà cinquante ans que le monde scientifique se dispute sur cette question. C’est dire s’il s’agit d’un enjeu crucial. Enjeu scientifique d’abord, qui oppose les tenants de la physique cartésienne, et française, avec en tête la famille des Cassini, aux défenseurs des théories de Newton, l’anglais, menés par Maupertuis en personne. Mais sans vouloir minimiser le bouleversement des représentations que la détermination d’une figure aplatie de la Terre implique, car le monde scientifique quitte dès lors le monde parfait, équilibré, sphérique, hérité de la révolution copernicienne, jamais une telle expédition n’aurait vu le jour si la couronne française n’y voyait pas son intérêt. Maupertuis le résume en ces termes : « M. le Comte de Maurepas qui aime les Sciences, et qui veut les faire servir au bien de l’Etat, trouva réunis dans cette entreprise, l’avantage de la Navigation et celui de l’Académie1 ». Les sciences, le « bien de l’Etat » et le commerce sont alors les trois piliers qui soutiennent les expéditions géodésiques de Maupertuis et La Condamine, car les deux académiciens partent d’abord pour dresser des cartes publiées en même temps que leurs écrits. Cette entreprise se situe dans la lignée des grandes cartes produites dès le tournant du xviie siècle et la création de l’Académie royale des sciences2. Le général et le particulier se trouvent ainsi mêlés car il s’agit d’abord de déterminer la figure de la Terre, et ensuite de dresser les cartes des deux espaces explorés, la Laponie et le Pérou : c’est notamment pour ce dernier que les cartes sont importantes, car si le territoire lapon est certes peu exploré, il ne constitue pas un enjeu économique important, alors que le vice-royaume du Pérou, et plus largement l’accès au Nouveau Monde, demeure un enjeu économique et géopolitique majeur en ce début du XVIIIe siècle.

Nos deux expéditions sont d’envergure nationale : elles ont pour but d’être utiles à l’Etat. Il y a donc une nécessité à ce qu’elles soient rendues publiques. Cependant, les deux académiciens ne s’arrêtent pas au discours officiel prononcé devant les membres de l’Académie des Sciences3. D’autres ouvrages sont publiés, et pas seulement par Maupertuis et La Condamine : L’Abbé Outhier publie son Journal, et Bouguer publie sa Figure de la Terre, qui suscitera la désapprobation de La Condamine et poussera ce dernier à publier lui-même ses observations. Maupertuis et La Condamine envisagent et anticipent les modalités de la publication de leur expédition respective. C’est notamment vrai pour La Condamine qui, à son arrivée à Paris, n’est pas en mesure de se contenter de ses mesures car celles de Maupertuis avaient déjà quasiment permis de clore le débat sur la figure de la Terre : il doit donc proposer autre chose au lecteur. Faut-il y voir un excès de zèle ou même une volonté de capitaliser sur deux événements scientifiques remarquables et remarqués ? Peut-on aussi avancer l’hypothèse, peut-être plus littéraire, que le cadre institutionnel de l’Académie des Sciences ne suffirait pas ? Nos deux « passeur[s] d’intelligibilité4 » tentent de vulgariser une entreprise scientifique connue du monde savant et lettré – public qui attend donc en retour de quoi satisfaire son intérêt et sa curiosité. En même temps, ils se constituent une sorte d’ethos à mi-chemin entre le savant et l’aventurier5 : Maupertuis, dans son Discours lu à l’Académie, dresse un auto-portrait hyperbolique qui allie la volonté de savoir, l’affrontement du danger et l’amour de la patrie :

On vit partir avec la même ardeur ceux qui s’allaient exposer au soleil de la zone brûlante, et ceux qui devaient éprouver les horreurs de l’hiver dans la zone glacée : le même esprit les animait tous, l’envie d’être utiles à la patrie6.

C’est bien la figure de l’explorateur que Maupertuis met en avant, comme on peut le voir dans son portrait dans lequel il se fait représenter « en Lapon », la main aplatissant le globe terrestre. Moins grandiloquent mais tout aussi saisissant, La Condamine s’attache à rappeler la durée inattendue de l’expédition au Pérou, face à une expédition polaire rapide et efficace :

D’ailleurs on fait que le voyage au cercle polaire, dont le plan ne fut formé qu’après notre départ, et que la mesure d’un degré, dans les régions incultes et souvent désertes de la zone glaciale, se sont exécutées avec succès presque dans le cours d’une année : ainsi malgré la différence de l’éloignement, on est en droit de nous demander quelle fatale combinaison de circonstances a pu nous occuper près de dix ans à mesurer trois degrés dans le pays le plus peuplé et le plus cultivé de la zone torride7.

La Condamine produit un ethos en demi-teinte : il est à la fois le rescapé d’une expédition dangereuse mais doit tout de même s’en expliquer, voire s’en excuser. Rapidement, on remarque que la question de la publication, dans son sens très littéral de rendre publique, soulève des enjeux concernant les formes de représentations (des expéditions comme des savants). Une autre question se pose : comment situer ces différents textes dans le champ littéraire, et notamment face à leur proche parent que serait le récit de voyage. Doit-on lire les écrits de Maupertuis et de La Condamine comme une partie des nombreux récits de voyage ? L’ambition scientifique peut-elle seule justifier d’une séparation stricte entre les textes que nous étudions et le Voyage faict en la Terre du Brésil de Jean de Léry ou, plus proche, des Lettres édifiantes et curieuses des jésuites ? Cette question est à la fois d’ordre génétique, car on sait que les deux explorateurs ne se rendent pas en Laponie et au Pérou vierges de toute connaissance, mais informés par différentes sources, notamment des missionnaires et des collections d’observations8, mais ces sources ne sont pas tout à fait comparables aux écrits des académiciens ; d’autre part, cette question relève d’une étude socio-littéraire qui chercherait à définir la place de notre corpus dans un champ littéraire complexe.

Il peut paraître étonnant de vouloir étudier l’écriture de la géographie, car cette celle-ci semble être d’abord une science des cartes. Les expéditions en Laponie et au Pérou sont avant tout des entreprises de géodésie, soit la « partie de la Géométrie qui enseigne à mesurer et à diviser les terres9 ». Mais si elles n’étaient que cela, sans doute n’aurions-nous à notre disposition que les calculs de triangulation et les cartes dessinées à partir de ces calculs. En regardant l’article « Géographie » de l’Encyclopédie, écrit par Robert de Vaugondy, Géographe ordinaire du Roi, on remarque que cette science n’est considérée que comme une science utile à dresser des cartes. L’article est une succession chronologique des différentes cartographies du monde connu à travers les siècles. Robert de Vaugondy rejoint la visée de l’entreprise de l’Académie des Sciences :

Ce qu’il y a de certain, c’est que les peuples qui ont eu le plus de réputation, ont reconnu l’utilité de la Géographie : en effet sans elle il n’y eût eu ni commerce étendu ni navigation florissante ; elle servit aux conquérants & aux généraux célèbres, comme aux interprètes des écrivains sacrés et profanes ; elle guida toujours l’historien & l’orateur : florissante avec les Arts, les Sciences, et les Lettres, elle s’est trouvée toujours marcher à leurs côtés dans leurs transmigrations10.

La succession des utilités de la géographie apparaît aussi comme un ordre de priorités : c’est d’abord au commerce et au pouvoir que la géographie est soumise. L’article de Robert de Vaugondy suit cette ligne directrice et présente les différents états de la connaissance du monde, produite par des savants au service d’un pouvoir politique et militaire. Contrairement à l’article « Geography » dans la Cyclopaedia de Chambers, qui donnait comme étymologie la jonction du mot Terre et du verbe écrire11, Robert de Vaugondy en fait un mot « composé de deux mots grecs, γῆ, terre, & γράφειν, peindre12 ». On pourrait dire que la différence entre les étymologies est sans grande importance. Mais elle révèle une conception de l’activité géographique. Cependant, si être géographe, c’est d’abord peindre des cartes, ce que font La Condamine et Maupertuis, pourquoi écrire et publier ? Il faudra de toute évidence poser la question des rapports entre le texte et l’image : la carte peut-elle tout dire ? Le texte peut-il « combler les blancs de la carte13 » ? Faut-il considérer que le texte n’est que l’explication de la carte, alors considérée comme l’aboutissement de l’entreprise ? Ou bien l’écrit permet-il d’aller au-delà d’une représentation plane et unifiée des espaces parcourus, et d’aller explorer d’autres champs que ceux permis par le cadre restreint d’une carte ? De plus, le champ iconographique ne se limite pas aux cartes : l’abbé Outhier dessine et fait graver dans son Journal des vues de villes et de paysages parcourus, ainsi que d’événements marquants. Les écrits de La Condamine et de Maupertuis ne se contentent pas de décrire la figure de la Terre. Les écrits regorgent d’aventures plus ou moins heureuses et de descriptions tantôt curieuses et tantôt savantes. Les textes des deux académiciens deviennent alors une collection de savoirs : à l’entreprise initiale se superpose une entreprise presque encyclopédique.

Les rapports entre les textes et les cartes nécessitent de poser une seconde question, cruciale, concernant la ou les représentations de l’espace à l’œuvre dans nos deux expéditions. L’espace à mesurer, l’espace mathématique, entre en contradiction avec l’espace physique, la faune, la flore et les météores qui surgissent dans l’espace parcouru par La Condamine et Maupertuis. La matérialité de l’espace, où la question du climat est un enjeu essentiel (zone torride contre zone glaciale), peut s’avérer être une contrainte, parfois fatale, à l’expédition : les deux académiciens ne mesurent pas seulement l’espace, ils mesurent aussi sa relativité et ses difficultés. L’espace-temps s’en trouve ainsi contrarié : les explorateurs peinent à atteindre un point, leur santé est mise en danger, les conditions de transports sont souvent hasardeuses (le radeau de La Condamine ou les longues descriptions des rênes par Maupertuis, par exemple). Différents types d’espaces sont traversés, et ils reposent sur des séries d’oppositions : le connu et l’inconnu, l’ici et l’ailleurs, l’habitable et l’inhabitable, l’accueillant et l’hostile, etc. Contrairement à ce que peut laisser songer une carte plane, l’espace n’est pas unifié mais traversé de contradictions : espace politique (notamment chez La Condamine), espace physique, espace humain (la question des Indiens et des Lapons…). Ces différents niveaux de compréhension de l’espace se retrouvent dans l’entreprise des académiciens : la carte, finale, est décomposée dans le temps en fonction de l’établissement des stations d’observations. D’un point de vue littéraire, on pourrait dire que l’immixtion du récit dans une entreprise visant à saisir l’espace, viendrait en retour le décomposer. Deux méthodes sont alors à l’œuvre : une méthode synthétique, qui serait celle de la carte, et celle, analytique, du récit. Les représentations de l’espace posent dès lors une question à la fois philosophique et imaginaire, car si l’entreprise est avant tout scientifique, elle n’est pas épargnée par une sorte de déjà-là intellectuel qui régit des conceptions traditionnelles de l’espace. Ainsi la géographie scientifique n’est jamais loin d’une géo-mythologie, à propos du Nouveau Monde ou du grand froid, et c’est notamment tout l’intérêt du traitement par La Condamine de l’El Dorado : l’homme des Lumières non seulement réfute l’existence de ce lieu, mais cherche aussi à expliquer les raisons qui ont pu mener à produire cette fable. L’« ancien monument » lapon auquel est confronté Maupertuis est l’occasion d’une réflexion sur l’histoire de la Terre, et donc sur les rapports entre l’histoire sacrée et les hypothèses concernant la géologie historique : « L’histoire sacrée nous apprend que les eaux ont autrefois couvert les plus hautes montagnes. Il serait bien difficile de concevoir une telle inondation, sans le déplacement du centre de gravité de la Terre, et de ses climats14 ».

Enfin, les textes que nous étudions soulèvent plus largement une question épistémologique. En effet, la géographie ne semble pas être une science unifiée : « elle fut longtemps à devenir une science fondée sur des principes certains15 », lit-on dans l’Encyclopédie. Si elle est de prime abord considérée comme une extension du domaine des mathématiques et de l’astronomie, force est de constater, dans les récits d’expédition de Maupertuis et de La Condamine, que ce qu’on peut entendre comme l’écriture géographique ne se borne pas à ces sciences. Faut-il donc en conclure que la géographie, telle qu’elle est comprise au XVIIIe siècle, ne

recouvrirait qu’une mince partie des textes que nous étudions, et que le reste des observations ne serait qu’une collection d’anecdotes ramassées çà et là ? Ou bien faudrait-il déjà y voir une reconfiguration de ce champ de la pensée encore en élaboration, loin du siècle d’or de la géographie qu’est le XIXe siècle ? Maupertuis et La Condamine mêlent dans leurs écrits les sciences que nous appellerions aujourd’hui « dures », astronomie, physique et histoire naturelle16, aux sciences que nous dirions « humaines », avec notamment la question de l’anthropologie déjà étudiée par Michèle Duchet17. Le rapport aux indigènes du Pérou et aux Lapons est un fil conducteur des écrits de La Condamine et Maupertuis, ce qui les place dans une tradition philosophique héritée de la Renaissance – l’enthousiasme face à l’altérité en moins. L’espace de la sauvagerie (ou plutôt l’espace anti-civilisé, avec toute la polysémie que peut revêtir le préfixe18) est l’occasion d’esquisser une réflexion anthropologique, à mi-chemin entre l’intérêt scientifique (La Condamine expérimente sur les Indiens) et la curiosité exotique, en témoigne le regard tantôt amusé tantôt méprisant que porte Maupertuis sur les Lapons. Il est difficile, dès lors, contrairement à

Portrait de La Condamine (Cochin Le Jeune et Choffard, années 1750-1760)

Portrait de La Condamine (Cochin Le Jeune et Choffard, années 1750-1760)

d’autres champs scientifiques, de poser d’emblée une unité épistémologique de l’écriture, que nous appelons pour des facilités d’expression, « géographique ». Nous tenterons alors d’amorcer une archéologie épistémologique pour essayer de comprendre l’ambition des textes que nous étudions ainsi que leurs résonances intellectuelles et culturelles.

Bibliographie indicative

Corpus initial

La Condamine Charles-Marie, Journal du voyage fait par ordre du Roi à l’Equateur servant d’Introduction historique à la mesure des trois premiers degrés du méridien, Paris, Imprimerie royale, 1751.

La Condamine Charles-Marie, Côtes du Brésil et de la Guiane, en descendant la rivière des Amazones, dans Histoire de l’Académie Royale des Sciences, Année 1745, Paris, Imprimerie royale, 1749. Mémoire repris sous le titre de Voyage sur l’Amazone, Hélène Minguet (éd.), Paris, La Découverte, 2004 (première édition chez François Maspero, 1981). Cette dernière édition inclut la Lettre à Mme [Godin] sur l’émeute populaire excitée en ville de Cuenca au Pérou, le 29 d’août 1739, contre les académiciens des sciences envoyés pour la mesure de la Terre (éditée en 1745-1746).

Maupertuis Pierre-Louis Moreau, Mesure de la Terre au Cercle Polaire, Eléments de Géographie et Relation d’un Voyage fait dans la Laponie septentrionale pour trouver un ancien monument, dans Les Œuvres de Mr. de Maupertuis, Dresde, George Conrad Walther, 1752.

Maupertuis Pierre-Louis Moreau, La Figure de la Terre, déterminée par les observations de Messieurs de Maupertuis, Clairaut, Camus, Le Monnier, de l’Académie Royale des Sciences, et de M. l’Abbé Outhier, correspondant de la même Académie, accompagnés de M. Celsius, Professeur d’Astronomie à Upsal, faites par ordre du Roy au Cercle polaire, Paris, Imprimerie royale, 1738.

Nous y incluons tous les textes contenus dans Maupertuis en Laponie. A la recherche de la figure de la Terre, Osmo Pekonen et Anouchka Vasak (éd.), éd. citée : Relation de la Laponie par quelques habiles mathématiciens français qui sont allés dans le Nord pour y faire des observations, datée du 20 septembre 1736 et communiquée par un seigneur qui les sciences et les cultive ; Lettre de Maupertuis à Mme de Verteillac [De Pello, le 6 avril 1737] ; Discours qui a été lu dans l’Assemblée publique à l’Académie royale des sciences, le 13 novembre 1737, sur la mesure du méridien au Cercle polaire ; Relation d’un voyage fait dans la Laponie septentrionale, pour y trouver un ancien monument.

N.B. : Il faudra y ajouter une partie des archives de La Condamine consacrées au voyage au Pérou et conservées à l’Académie des sciences.

Corpus annexe

Suite des Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, Année 1718, De la grandeur et de la figure de la Terre, Paris, Imprimerie royale, 1720.

Outhier Réginald, Journal d’un Voyage au Nord, en 1736 et 1737, Paris, Piget et Durand, 1744. Réédité par André Balland (éd.), La Terre mandarine, Journal d’un voyage au Nord pour déterminer la figure de la Terre, par M. l’abbé Réginald Outhier, Paris, Editions du Seuil, 1994.

Bouguer, La Figure de la Terre, déterminée par les Observations de Messieurs Bouguer, et de la Condamine, de l’Académie Royale des Sciences, envoyés par ordre du Roy au Pérou, pour observer aux environs de l’Equateur, Paris, Jombert, 1749.

Bibliographie critique indicative

Ouvrages généraux

Badinter Elisabeth, Les Passions intellectuelles, t. 1 Désir de gloire (1735-1751), Paris, Fayard, 1999.

Broc Numa, La Géographie des philosophes : géographes et voyageurs français au xviiie siècle, Paris, Editions Ophrys, 1975.

Duchet Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (1re édition chez François Maspero, 1975).

Pekonen Osmo, « A la recherche de la figure de la Terre », dans Osmo Pekonen et Anouchka Vasak, Maupertuis en Laponie. A la recherche de la figure de la Terre, Osmo Pekonen et Anouchka Vasak (éd.), Paris, Hermann, coll. « MétéoS », 2014, p. 11-57.

Pelletier Monique, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au Siècle des Lumières, Paris, Editions Bibliothèque Nationale de France, 2002.

Terrall Mary, The Man Who Flattened the Earth. Maupertuis and the Sciences in the Enlightenment, Chicago-London, The University of Chicago Press, 2002.

Vasak Anouchka, « L’épopée lapone », dans Osmo Pekonen et Anouchka Vasak, Maupertuis en Laponie. A la recherche de la figure de la Terre, Osmo Pekonen et Anouchka Vasak (éd.), Paris, Hermann, coll. « MétéoS », 2014, p. 59-100.

Articles

Greenberg John, « Geodesy in Paris in the 1730s and the Paduan Connection », Historical Studies in the Physical Sciences, vol. 13, n° 2, 1983, p. 239-260.

Greenberg John, « Mathematical Physics in Eighteenth-Century France », Isis, vol. 7, n° 1, 1986, p. 59-78.

Lafuente Antonio et Jose Luis Peset, « La question de la figure de la Terre. L’agonie d’un débat scientifique au xviiie siècle », Revue d’histoire des sciences, t. 37, n° 3-4, 1984, p. 235-254.

Mercier Roger, « Les Français en Amérique du Sud au xviiie siècle : la mission de l’Académie des sciences (1735-1745) », Revue française d’histoire d’outre-mer, t. 56, n° 205, 1969, p. 327-374.

Passeron Irène, « La forme de la Terre est-elle une preuve de la vérité du système newtonien ? », Terre à découvrir, Terres à parcourir, Danièle Lecoq (éd.), Editions de l’Université Paris 7-Denis Diderot, 1996, p. 128-145. <hal-00361455>

Passeron Irène, « Maupertuis, passeur d’intelligibilité. De la cycloïde à l’ellipsoïde aplati en passant par le “newtonianisme” : années parisiennes », dans Hartmut Hecht (dir.), Pierre-Louis Moreau de Maupertuis : Eine Bilanz nach 300 Jahren, Berlin, Verlag A. Spitz, 1999, p. 272-292

Terrall Mary, « Representing the Earth’s Shape : The Polemics Surrounding Maupertuis’s Expedition to Lapland », Isis, vol. 83, n° 2, 1992, p. 218-237.

Notes

1Maupertuis, Mesure de la Terre au Cercle Polaire, dans Les Œuvres de Mr de Maupertuis, Dresde, George Conrad Walther, 1752, p. 105.

2Monique Pelletier, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au Siècle des Lumières, Paris, Editions Bibliothèque Nationale de France, 2002.

3Nous reprenons ici l’idée principale de l’introduction d’Anouchka Vasak dans son édition des textes de Maupertuis sur son expédition en Laponie (Osmo Pekonen et Anouchka Vasak, Maupertuis en Laponie : A la recherche de la figure de la Terre, Paris, Hermann, coll. « MétéoS », 2014), à savoir que Maupertuis met en place une stratégie de communication à son retour à Paris. Voir ibid., p. 64-78.

4L’expression est empruntée à Irène Passeron dans son article « Maupertuis, passeur d’intelligibilité. De la cycloïde à l’ellipsoïde aplati en passant par le “newtonianisme” : années parisiennes », dans Hartmut Hecht (dir.), Pierre-Louis Moreau de Maupertuis : Eine Bilanz nach 300 Jahren, Berlin, Verlag A. Spitz, 1999, p. 272-292. Toute la question est de savoir dans quelle mesure cette expression peut aussi s’appliquer à La Condamine.

5Les représentations iconographiques de Maupertuis ne laissent pas de doute à ce propos. Pour La Condamine, c’est notamment le savant encyclopédique qui semble prendre le dessus, dès la préface à son Journal : c’est la controverse scientifique avec Bouguer qui le pousse à écrire.

6Maupertuis, Discours qui a été lu dans l’Assemblée publique de l’Académie Royale des Sciences, le 13 novembre 1737, sur la mesure du méridien au cercle polaire [La Figure de la Terre, déterminée par les observations de Messieurs de Maupertuis, Clairaut, Camus, Le Monnier, de l’Académie Royale des Sciences, & de M. l’Abbé Outhier, Correspondant de la même Académie, Accompagnés de M. Celsius, Professeur d’Astronomie à Upsal, faites par ordre du Roi au Cercle polaire, Paris, Imprimerie Royale, 1738] dans Osmo Pekonen et Anouchka Vasak, op. cit., p. 132-133.

7La Condamine, Journal du Voyage fait par ordre du Roi à l’Equateur servant d’Introduction historique à la mesure des trois premiers degrés du méridien, Paris, Imprimerie Royale, 1751, p. 1-2.

8On citera par exemple l’Histoire de la Laponie de Scheffer (1678).

9« Géodésie », Dictionnaire de l’Académie française, 1762.

10Robert de Vaugondy, « Géographie », Encyclopédie, t. VII, 1757, p. 608b.

11« [Geography] is form’d of the Greek γῆ, terra, Earth, and γρἁφω, scribo, I write » (Chambers, « Geography », Cyclopaedia, vol. 1, 1728).

12Robert de Vaugondy, « Géographie », Encyclopédie, t. VII, 1757.

13C’est le titre d’un ouvrage d’Isabelle Laboulais-Lesage, Combler les blancs de la carte. Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (xviexxe siècle), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2004.

14Maupertuis, Relation d’un voyage fait dans la Laponie septentrionale, pour y trouver un ancien monument, dans Les Œuvres de Mr. de Maupertuis, Dresde, George Conrad Walther, 1752, p. 321 (dans l’édition d’O. Pekonen et A. Vasak : p. 195).

15Robert de Vaugondy, « Géographie », Encyclopédie, t. VII, 1757, p. 608b.

16Le mot « biologie » n’apparaît qu’au xixe siècle grâce à Lamarck et n’entre que très tardivement dans le langage (première occurrence trouvée dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française, 1932-1935).

17Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995. Voir notamment p.108-110 sur La Condamine.

18Il désigne une opposition mais aussi un face-à-face.